Paris
info@defenseursdesdroits.fr

Découvrez quelques métiers peu connus de l’administration pénitentiaire

Comment défendre ses droits

Découvrez quelques métiers peu connus de l’administration pénitentiaire

L’univers pénitentiaire ainsi que son fonctionnement demeurrent un mystère pour plus d’une personne. Ceci, en raison de la peur qu’engendre souvent l’évocation de la prison dans l’esprit des uns et des autres. Mais en réalité, la structuration du monde carcéral est plus complexe qu’elle n’y parait. C’est un univers subdivisé en plusieurs composantes professionnelles qui veillent à l’application de la loi. Ceci implique que l’on retrouve dans l’administration pénitentiaire plusieurs métiers aussi diversifiés les uns que les autres. Découvrez-en une partie dans cet article.

Le métier de surveillant pénitentiaire

Dans les établissements pénitentiaires, ce sont les surveillants qui constituent les premiers interlocuteurs des personnes incarcérées. Ils ont la charge d’organiser la vie courante de la prison et de participer à une gestion efficiente de la détention dans les établissements pénitentiaires. Le surveillant pénitentiaire est celui qui organise entre autres la surveillance des promenades des détenus, leur déplacement, leurs repas ainsi que les activités d’atelier. En d’autres termes, au-delà de l’autorité qu’ils incarnent, ceux qui exercent ce métier doivent avoir le sens de l’écoute puisqu’ils sont les plus aptes à prévenir la récidive ou la réinsertion. Pour exercer le métier de surveillant pénitentiaire, il est donc capital d’avoir non seulement de l’endurance, mais également des connaissances juridiques et techniques. Par ailleurs, pour être recruté en tant que surveillant pénitentiaire, il faut passer avec succès un concours et suivre une formation à l’ENAP d’Agen.

Le métier de lieutenant pénitentiaire

C’est un métier de catégorie B qui consiste à assurer l’encadrement du personnel de surveillance dans les établissements pénitentiaires. Le lieutenant pénitentiaire est chargé de veiller à l’application de la politique et de l’organisation que le chef d’établissement a définies par les surveillants. En effet, les lieutenants pénitentiaires ne doivent pas faire preuve de légèreté et d’instabilité dans l’accomplissement de leurs missions. Ils doivent incarner l’autorité tout en ayant de bonnes aptitudes en termes de communication dans le but d’assurer la coordination des équipes ainsi que la sécurité de l’établissement en temps réel. Il faut noter qu’un lieutenant pénitentiaire a également la possibilité d’occuper le poste de chef d’établissement ou d’adjoint dans les centres de détention où il y a moins de 200 places. Seules les personnes ayant au minimum un niveau Bac +2 sont éligibles au concours de recrutement de lieutenant pénitentiaire.

Le métier de directeur des services pénitentiaires

Il s’agit d’un agent de l’administration pénitentiaire appartenant à la catégorie A. En fonction de la position qu’il occupe dans les services pénitentiaires, il peut avoir pour responsabilité d’assurer l’encadrement supérieur des circonscriptions, établissement et service de l’administration pénitentiaire. Pour ce faire, il est tenu de veiller à la mise en œuvre efficace et sécuritaire des mesures de privation des libertés prononcées au niveau des juges. Plus clairement, le directeur des services pénitentiaires assure une gestion efficiente de toutes les ressources (matérielle, financière, humaine) de l’établissement pénitentiaire dont il assure la direction. Lorsqu’une crise survient dans son établissement, il intervient en tant que représentant de l’administration. De même que les deux précédents métiers, l’exercice de la fonction de directeur des services pénitentiaires exigent la possession des sens de négociation, de dialogue et de communication. Quant au niveau requis pour passer le concours de recrutement, il s’agit du Bac + 3.  

Aucun commentaire

Ajoutez votre commentaire